réseaux sociaux
> >

Actualité du moment

Journée Internationale des Droits de l'Enfant

Le 20 novembre 2017 est la journée internationale des Droits de l'Enfant. L'occasion de faire un zoom.

AEDE

Agir Ensemble pour les Droits de l'Enfant

La Convention Internationale des Droits de l’Enfant fête sa énième journée. L'occasion de faire un zoom sur son application, mais surtout sur tous ceux qui n'en voient pas les effets. L'occasion de rappeler que les Etats-Unis n'en sont toujours pas signataires. D'après le site « Humanium », de l'association du même nom œuvrant au respect des Droits de l'enfant dans le monde, « si les États-Unis n’ont pas ratifié la Convention, cela serait dû au fait que certains États américains souhaitent pouvoir emprisonner des mineurs. La Cour suprême américaine acceptait que des États américains condamnent à mort des enfants jusqu’en 2005. »

Mais « Non-signataire » ne veut pas dire « seul à ne pas respecter la CIDE ». De nombreuses entorses à ces droits existent partout. Et la France, comme de nombreux autres pays européens, n'est pas exemplaire en la matière.

La France, comme de nombreux autres pays européens, n'est pas exemplaire en la matière

Pauvreté, Logement, Précarité, Scolarité...

Humanium nous informe, qu'en France, plus de 2 millions d'enfants vivent en dessous du seuil de pauvreté, dont une majeure partie issue de l'immigration. 15 000 enfants vivent à la rue. La récente « crise des migrants » n'a pas aidé à apaiser la situation, comme le témoignent les alertes lancées dans différentes villes de France, à Lyon, Clermont-Ferrand, Rennes,… Comment croire qu'il n'y a pas de différence faite entre les enfants étrangers et ceux qui ne le sont pas ? Les Ceméa, comme d'autres associations, ont déjà interpellé les pouvoirs politiques. Qu'en est-il aujourd'hui des Mineurs Isolés Étrangers ? Ont-ils un toit ? Sont-ils scolarisés ? Le statut de « migrant » ne peut pas être une condition pour accéder aux droits fondamentaux.

 

Les CEMEA, avec les autres membres du collectif AEDE (Agir Ensemble pour les Droits de l'Enfant), demandent au gouvernement aujourd'hui de prendre ses responsabilités et d’œuvrer dans l'urgence pour une société respectueuse des droits de l'enfant.

 

Signer la convention, c'est un engagement. Maintenant, respectons-le.

Journée Internationale des Droits de l'Enfant

Les droits de l'enfant dans le monde, dont la France...  un combat de tous les instants !

Derniers articles parus