réseaux sociaux
> >

Prise de position

Pas d'enfants à la rue !

Début d'année scolaire difficile pour certains enfants migrants et leur famille. Le 115 affiche complet. Plus de places...rappelez plus tard !

droits de l'enfant

Convention Internationale des Droits de l'Enfant

A Rennes, lors de la rentrée des classes, nous apprenons avec stupéfaction que des enfants migrants et leurs familles n'ont aucun logement. Arrivés pour la plupart récemment sur le sol français, ces familles, dans une démarche de demande d'asile, doivent être logées par la préfecture. Elles sont confiées aux service du 115, le samu social, ensemble d’associations qui dépend directement des aides de l’état. Mais celui-ci, outre la difficulté à les joindre, n'a tout simplement plus de place à donner.

Après la classe, c'est l'errance sans connaître suffisamment la langue du pays, dans les supermarchés jusqu'à la fermeture, parfois aux urgences en espérant trouver un lit.

Les associations d’aide se mobilisent. Un gymnase de Rennes est actuellement occupé. Voir l’état de la mobilisation sur le site de l’association “Un toit c’est un droit”, ICI. Devant l'immobilisme de la préfecture, les associations se donnent rendez-vous Mercredi 20 septembre à 16h au gymnase du Collège Échange.

La ville de Rennes propose aussi des places pour palier aux carences de l'état, mais est régulièrement débordée par le nombre de demandes.

Et il faut encore pouvoir identifier les familles en difficulté pour les orienter vers la ville ou les associations.

 

nous apprenons avec stupéfaction que des enfants migrants et leurs familles n'ont aucun logement

Devant l'immobilisme de la préfecture, les associations se donnent rendez-vous Mercredi 20 septembre à 16h

Aux Ceméa Bretagne, nous ne pouvons accepter l'absence de responsabilité de l'état devant ce drame tout comme le non-respect de la Convention Internationale des Droits de l'Enfants ou de la convention de Genève de 1951 instituant le droit d'asile aux réfugiés.

Toute personne demandant l'asile doit pouvoir être accueillie dignement.

Aucun enfant ne doit dormir à la rue.

Tout doit être mis en œuvre pour que tout enfant sur le sol français soit scolarisé. Cela inclut un hébergement digne et stable pour lui et sa famille.

Les Ceméa Bretagne appellent tout un chacun à signer la pétition « Un centre d’accueil pour les sans abris ouvert 24h/24 maintenant ! » et à se mobiliser pour obliger l'état à respecter les conventions signées par la France.

Aucun enfant dehors !

Toute personne demandant l'asile doit pouvoir être accueillie dignement.

Aucun enfant ne doit dormir à la rue.

Tout doit être mis en œuvre pour que tout enfant sur le sol français soit scolarisé. Cela inclut un hébergement digne et stable pour lui et sa famille.

Faisons respecter la Convention Internationale des Droits de l'Enfant.

Derniers articles parus