réseaux sociaux
> > >

Agir les sciences

Les activités de découvertes techniques et scientifiques font peur car elles semblent présupposer de la part de l’enseignant ou de l’animateur une connaissance scientifique sans faille.

Activités de découvertes techniques et scientifiques

Pourtant, pratiquer ces activités ne consiste pas à préparer « questions pour un champion » spécial sciences. Il n’y a pas non plus besoin d’avoir préparer des antisèches pour répondre aux questions des enfants : on souhaite que les enfants découvre par eux-mêmes au travers de l’activité des réponses à leurs questions. Et surtout, on a parfaitement le droit de dire : « je ne sais pas ».

Nous ne sommes pas des scientifiques mais des animateurs généralistes donc parfois animateurs scientifiques. Nous avons tous le souvenir de situations du type : « vous voyez, l’eau remonte dans le puits solaire parce qu’il y a une différence de pression ». N’ayons pas peur de faire simple, au contraire ! La formation scientifique d’un animateur consiste à prendre conscience que l’activité scientifique réside essentiellement dans la démarche.

Pour cela, il faut proposer des activités qui mettent en jeu la recherche, l’expérimentation, la coopération. Pour fabriquer une voiture, il existe une grande diversité de solutions. Pour la faire avancer seule, encore plus. C’est cette diversité que l’animateur doit mettre à disposition des enfants, sans amener frontalement les solutions mais en veillant à ce que les enfants ne se retrouvent pas dans une situation d’échec irréversible. L’aménagement, le matériel, la conduite de l’activité doivent favoriser le tâtonnement.

On peut aussi proposer des défis : il s’agit là, à partir d’un matériel qui est le même pour tous, de faire avancer un bateau le plus vite possible. Là aussi, les enfants sont en situation de recherche. Ils font varier les paramètres (longueur, écartement des coques par exemple) pour améliorer les performances de leurs engins. L’animateur doit aider les enfants à structurer leurs recherches, en leur demandant par exemple de ne changer qu’un paramètre à la fois.

Découvrir et s’approprier son milieu, c’est aussi comprendre ce monde de « machines » qui nous entoure : on peut récupérer des vieux appareils électroménagers et tout simplement les démonter pour voir ce qu’il y a dedans. La science et la technologie ne sont pas sacrées ! Notre rôle est de permettre aux enfants de se les approprier. Pour cela, ils doivent rechercher, tâtonner et non consommer ou reproduire à la chaîne un jouet selon une notice de montage. L’intellectuel est sans cesse séparer du manuel : on dit d’un enfant qu’il est intellectuel et d’un autre qu’il est manuel. Cette division est celle du travail : la connaissance scientifique est réservée à une élite, les techniciens exécutent et les autres consomment… Par la mise en place de projets et d’activités, scientifiques ou non, en rendant les personnes auteurs (ingénieurs dit-on dans un film), nous combattons ce modèle et répandons une idée simple : c’est par l’activité qu’on apprend, qu’on découvre. Alors, osons agir !

Maxime DUBOIS (Formateur Ceméa Bretagne)

Les fichiers en téléchargement

Les fichiers sont disponibles gratuitement en téléchargement mais leur utilisation est limitée à un cadre privé.