réseaux sociaux
> > >

Apprentissages méthodologiques à la maternelle

Dans certaines fiches de vérification des acquis qui sont proposés dans le commerce, il est parfois indispensable de découper et/ou de coller des éléments. Cette action de découpage ou de collage peut être une difficulté en elle même. Mais comme l’intérêt est souvent porté exclusivement sur la vérification de la notion, on s’étonne après coup que la fiche ne soit pas soignée ou qu’elle n’a pas été réalisée dans le temps qui lui était imparti.

Consignes avant peinture

Les apprentissages méthodologiques

En Petite section deuxième année et ou en début de Moyenne section, je trouve très important de faire des apprentissages méthodologiques. Faire en sorte qu’ils soient à l’aise dans l’organisation de leur travail. S’il faut coller, on apprend à coller. S’il faut découper, on apprend à découper. S’il faut trier classer, on s’organise pour ne pas éparpiller ses morceaux , les siens propres ou ceux des voisins.

Pour faire cet apprentissage, j’applique moi-même une méthodologie rigoureuse. Si on apprend toutes les manipulations qui tournent autour de la pipette de colle, je ne m’embarrasse pas avec du découpage, les morceaux sont déjà découpés. Si je porte mon attention sur le fait de découper, l’objectif sera de découper et les morceaux obtenus risquent de ne pas avoir beaucoup d’importance. (Ou alors je trouverai une idée pour valoriser ces petits morceaux, mais ce ne sera pas l’inverse : faire un objet qui demande de savoir découper.)

Cette décomposition didactique de la notion motrice à découvrir sera une trame sur laquelle je m’appuierai pour aider l’élève à rentrer dans les gestes efficaces. La progression sera modifiée suivant que j’ai affaire à des élèves plus ou moins âgés. (Par exemple pour des élèves venant d’une autre école et ne sachant pas tenir une paire de ciseaux correctement, je ne leur propose que certains exercices de la progression en fonction de l’observation de ce qu’ils savent déjà faire.)

Parfois pour une même activité, cela nécessite de savoir à la fois découper et coller. Dans les premières périodes de ces apprentissages techniques, je choisis de cloisonner clairement les séquences, soit en les pratiquant à deux moments bien distincts, soit en leur imposant un déplacement (« quand tu as finis de découper tu trouveras la colle sur l’autre table »).

Pourquoi cette démarche

Les compétences motrices sont si variables d’un élève à un autre que je tiens à faire avancer le groupe de façon le plus homogène possible. Je ne veux pas me faire vampiriser par les plus habiles et les plus rapides. En procédant de la sorte, je peux garder une bonne et réelle disponibilité pour les maladroits (provisoire) et les aider à prendre confiance en eux à leur rythme. J’ai conscience que je bride un peu les vifs, je m’en accommode car de toute façon si je ne m’occupe pas des plus lents, le jour où ceux-ci vont décrocher, ils parasiteront la classe par leur ennui. Donc aux plus vifs, je donne plus long et plus difficile à faire, voire même parfois, tout à fait autre chose (j’ai déjà parlé du délestage).

Au fur et à mesure que les compétences techniques séparées sont intégrées, je propose des situations où l’élève va prendre en charge lui-même l’organisation de sa réalisation. Il va s’approprier ces gestes pour des réalisations élaborés à sa propre initiative. Un exercice est clairement annoncé comme un exercice. La consigne demandée sera à réaliser. Je vais l’aider à aller jusqu’au maximum de ce qu’il peut faire à ce moment-là. Voici quelques grandes lignes de ce que je fais souvent pour rentrer dans une organisation méthodologique.

Les fichiers en téléchargement

Les fichiers sont disponibles gratuitement en téléchargement mais leur utilisation est limitée à un cadre privé.