réseaux sociaux
> > >

Les CEMEA et l'éducation à l'environnement

« Notre action est menée en contact étroit avec la réalité. Le milieu de vie joue un rôle capital dans le développement de l’individu. » Gisèle de Failly, co-fondatrice des Ceméa rappelle ici l’ancrage historique et l’actualité de cette conception de la place de l’homme, citoyen, dans ses relations avec la planète. En 1993, les Ceméa, mouvement d’éducation nouvelle, se sont réinterrogés, après le sommet de Rio, sur les grandes questions qui traversent l’éducation à l’environnement et les valeurs fortes qui doivent fonder toute action éducative. Qu’en est-il aujourd’hui ?

Un texte de Jean-Louis Colombies et Vincent Chavaroche

Au premier rang de ces, valeurs, l’humanisme. L’homme est au centre de noire démarche, ce qui revient à prendre clairement position sur la nécessité de maîtriser les éléments naturels à son profit (une maîtrise qui contient et dépasse à la fois la seule notion de respect de la nature). Il faut réaffirmer, comme l’éducation nouvelle s’y attache, la nécessaire prise en compte des potentialités des individus, de leur capacité et de leur volonté d’évoluer. Une éducation à l’environnement (EE) qui nierait cet humanisme ne saurait être une véritable éducation.

Les fichiers en téléchargement

Les fichiers sont disponibles gratuitement en téléchargement mais leur utilisation est limitée à un cadre privé.